back to Home PageA.V.T.A. - Associazione Venariese Tutela  AmbienteDiréction Generale des Biens Ambientaux et ArchitectoniquesLe Region du PiemontLe Provinc du TurinLe Ville du VenariaLe Ville du Turin

HISTOIRE ET STADES DE BÂTIMENT


G.F. Baroncello sur projet de A. di Castellamonte, dessin en perspective de la Ville et Palais de Venaria Reale avec son contenu

La "Venerie Royal" d' Amedeo di Castellamonte. En 1659 se concrétise le majestueux plan du Duc Charles Emmanuel II, ayant pour ambition l'édification d'une résidence permanente pour la pratique de la chasse, afin de célébrer par le rite de la venaison, la "Splendeur du Duc". Ce nouveau Palais permettait de combler le crénau existant dans le dessin du feston de délice du XVII-ème Siècle, débuté en 1659 et abouti en 1675, se traduisait dans une unicité, symbolisée par le Bourg - le Palais - les Jardins, s'étendant sur un essieu d'autour de 2 Km. Le Bourg, qui représentait la forme du "Collier de l'Annonciation"(insigne de l'ordre chevaleresque de la Maison de Savoie) proposait à son centre, au milieu de l'étendue de la rue principale du Bourg, une place "carrée ovale", dont les extrémités - sur l'axe majeur de l'ovale - etaient encadrées par deux belles églises jumelles. Le noyean du Château proprement dit, dont les façades etaient tournées vers deux grandes cours, etait representé par la "Salle de Diane" - Côté sud se situaient les écuries, les chenils, à l'ouest l'orangerie, le Haute-Parc dit des Cerfs, tandis que la Chapelle de St. Rocco donnait sur le Bourg.

Le nouveau projet pour le "Palais", par Michelangelo Garove. La distruction de certaines parties cu Complexe, provoquée en 1693 par les troupes françaises du Catinat, fut l'occasion pour entreprendre le projet de renouvellement du Complexe (1699-1713). L'idéation de Michelangelo Garove rendait manifeste la nouvelle référence culturelle adoptée par la Cour de Vittorio Amedeo II, c'est à dir Versailles. Seulement la gaine de sud du projet Garovien fut toutefois réalisée, tandis que l'édification de l'aile septentrionale symétrique ne fut pas du tout entamée, pour cause du décès prématuré du Garove, en 1713.

La "grande dimension" par Filippo Juvarra. En 1716 le chantier fut confié à Filippo Juvarra. Il intervint sur quelques-uns des éléments nodaux de l'ensemble, tels que le placement à sud est des aires de service à la cgasse, l'édification de la Chapelle Royal et le remenbrement formel de la cour d'entée unique côté face au Bourg. Pour caractériser ce grand espace, Juvarra surhassa la Galerie, en l'ouvrant vers l'éxterieur par la scansion d'une rangée de vastes fenêtres. L'oeuvre de Juvarra chez le palais se poursuivit, entre 1717 et 1722, par la réalisation de la Chapelle consacrée à St. Hubert, bâtiment à croix grèque émoussée, ayant des chapelles circulières sur les lignes diagonales de la croix. Celui ci c'est un bâtiment comparable à celui la de la Basilique de Superga, toutefois plus somptueux et mouvementé. Le bâtiment dit "Grande Écurie" ou "Orangerie" mais qui, effectivement, rassemblait les deux rôles, fut érigé d'après le projet de Filippo Juvarra entre 1721 et 1727 à l'extrémité sud orientale du Complexe.


Les écuries et les oeuvres d'achèvement par Benedetto Alfieri. Après la mort de Filippo Juvarra, l'Architecte Benedetto Alfieri fut chargè de la poursuite des travaux dans le Palais. En 1751 on démarra l'édification de l'aile "à L" entre léglise et le Pavillon de Garove, côtè Bourg, et on entrepit les travaux pour le nouveau Belvedère et le grand escalier donnant accès au niveau des tribunes dans l'èglise. Entre 1754 et 1755 on construit la Petit Galerie d'Alfieri, reliant l'église et l'Orangerie. Les bâtiments derrière St. Hubert, ayants le but de lieu d'abris pour les carrosses, remontent au 1757.

 


LE RÉTABLISSEMENT DU TEMPLE DE DIANA

Ils ont été récemment apportent à la lumière les bases(fondations) de Diana Temple, une architecture splendide castellamontiana, qui est monté une fois à la fin du parc du Palais et que les sources commémoratives de l'époque définie comme "pour l'énumérer parmi l'étonnement de l'art". Dans ce tempietto épais les courtisans ont été apportés, constater que le repos et calme ou consommer furtif aime.Les bases(fondations) ont retourné à la lumière pendant les fouilles en cours, ont achevé au ritracciamento des courses des jardins que vous/ils avez une fois orné le Palais. Cette découverte est très intéressante pour des motifs historiques-archéologiques évidents, mais you/he/she a aussi réveillé la grande curiosité et ils ont été plusieurs les curieux qui vont voir des restes, par dessus tout pendant le Jour des Parcs, déroulés en juin du 2001.
Le Temple antique de Diana du jour a été démonté en seconde 1700 la volonté de Vittorio Amedeo II en vue d'une restauration des jardins qui ont prévu les courses articulées d'eau et des perspectives au infini (au Française). Les marbres précieux qui ont paré de nouveau le temple sont venus utilisés pour d'autres sujets (huit colonnes ont été utilisées pour la Chapelle de S. Uberto et d'autres huit pour l'Église de S. Maria, tandis que les marbres avaient l'utilisation différente à l'intérieur du Palais.

 

See this page in English